Pour une experience optimale, merci de retourner votre téléphone.
x
ABONNE TOI À LA NEWSLETTER DE LA CODING SCHOOL :

{ PROFESSIONNELS }

Nous parlons d'une éducation numérique intra-entreprise, une éducation basée sur des notions, sujets, modèles portés par l’entreprise accueillante, permettant aux salariés de monter en compétences techniques & logiques, tout en appréhendant différemment leur entreprise, ses métiers et services. Nous sommes tous acteurs du changement, acteurs de la transformation digitale de l'entreprise, dans une démarche d'open innovation.

Un pas de plus vers l'entrepreneuriat humain

Le monde va encore
changer !

Derrière des secteurs d’activités des marchés, il y a des entreprises et derrière les entreprises, il y a des femmes et des hommes qui réalisent des taches, des fonctions, un travail manuel ou intellectuel, basés sur les connaissances acquises durant leurs études et sur des compétences intégrées lors de l’expérience professionnelle.

Sauf que… la plupart de ces emplois n’ont que peu évolué depuis 50 ans. Certes, les téléphones ont perdu leur fil, le fax s’est transformé en adresse électronique, la plaquette commerciale en site web et la boîte à archive en stockage NAS… mais le taxi continue de conduire son client à l’adresse souhaitée, le médecin continue à diagnostiquer puis à prescrire, l’agriculteur à veiller sur ses cultures et l’ouvrier à accomplir ses tâches… Pourtant, la voiture autonome est quasi prête, les intelligences artificielles comme Watson (IBM) sont de meilleurs diagnostiqueurs/prescripteurs et même chirurgiens que nos illustres professeurs en médecine, l’agriculture se nourrit de big data, de drones, de robots autonomes, l’industrie high-tech a tellement poussé la robotisation, que nous découvrons en chine des usines « humanless ».

Si ces exemples peuvent paraître futuristes, ils existent bel et bien. Nous sommes à l’aube du déploiement à grande échelle de la robotique, de la cobotique, de l’intelligence artificielle et de bots en tout genre.

Vers une industrie rempensée

L’OCDE dans une étude récente (future of work - mai 2016) estime en moyenne et pour le monde, à près de 9% (la France est très proche de cette moyenne, soit environ 2,4 millions d’emplois !) la proportion des "travailleurs à risque élevé de substitution", c'est à dire remplaçables par une machine (plus de 70% des tâches substituables).

Les experts de l’OCDE, dans cette même étude, estiment que près de 30% des "travailleurs" devront en France faire face à un changement de la nature de leur travail, une évolution plus ou marquée liée au numérique.

Ces emplois seront réorganisés en profondeur et les travailleurs devront s'adapter aux changements

Ces emplois ne présentent pas un risque élevé d'automatisation complète, mais "ils comportent une proportion importante (entre 50% et 70%) de tâches automatisables" souligne l'OCDE. Ces emplois ne disparaîtront pas totalement, mais une large part de ces tâches pourrait transformer radicalement la façon dont ces emplois sont effectués. Ces emplois seront réorganisés en profondeur et les travailleurs devront s'adapter aux changements

Cette proportion d'emplois affectés par le numérique dépasse même les 40% en Italie et en Allemagne, en raison sans doute de la forte présence de l'industrie dans ces pays.